Auteur

Xavier Dupont

Matériaux

Terre cuite

Date

2015

Catégorie
Design
Le projet

Le rêve d’une ville réconciliée avec la nature se propage: au XXIe siècle la ville sera végétale, prônent de plus en plus d’urbanistes. Il s’agit notamment d’apporter à la ville les fonctions écologiques de la biodiversité : le végétal tempère le microclimat, humidifie l’air ambiant et réduit les îlots de chaleur. Lorsque les précipitations sont abondantes, il absorbe l’eau et ralentit la saturation des réseaux d’écoulement. Sur les murs et les toits, il agit comme un isolant. Il filtre l’air de certains de ces polluants et de ses poussières, il atténue le bruit. À lui seul, le végétal combine de grandes performances technologiques.

Selon la dynamique actuelle, on estime qu’avant 2050, 70 % des êtres humains seront des Citadins. Dans nos villes, les bâtiments existant laissent de moins en moins de place l’espace vert traditionnel. Les arbres des avenues, véritables corridors verts dans la ville y participent, mais aussi la conquête par les murs et par les toits.

En observant d’un peu plus après le magma urbain, on peut observer que certaines plantes poussent dans les interstices des sol, la où l’eau et la terre arrive à s’infiltrer. Ces plantes, considéré comme des mauvaises herbes sont en réalité des adventices et jouent un rôle essentiel dans la biodiversité de nos villes.

L’idée du projet est de créer des modules conçus pour favoriser la croissance spontanée des mousses, algues et lichens au sol. Le motif, s’inspirer à la fois des schémas de croissance des végétaux et des arborescences des cours d’eau. Les modules combinent la porosité naturelle de la terre cuite et l’imperméabilité de l’émail pour contrôler le développement des adventices. L’épaisseur creuse de la dalle permet de créer une réserve d’eau de pluie pour les végétaux.